work in progress …

Il était une fois….

j’ai toujours pensé que nous vivons ce que nous devons vivre. Que chaque étape, chaque difficulté, chaque bonheur, chaque instant est vécu pour une raison, un cheminement …

Quand j’étais plus jeune,  je voulais être pompier. Absolument. Puis on m’a dit qu’à cause de mes yeux, je ne pourrais jamais, qu’il fallait que je fasse une croix dessus… désillusion totale.

Mais rien ne m’arrête, j’ai beaucoup d’idées, d’envies… tellement que je ne sais plus ou donner de la tête ! La médecine m’a toujours donner envie (je me serais bien vu médecin légiste à l’époque ^^) mais j’entendais les profs penser qu’avec mon peu d’investissement scolaire, c’était même pas la peine d’essayer. Puis l’envie d’être instit m’est passé en faisant un stage en maternelle… Puis travailler dans la cuisine. C’est chouette la cuisine, mais ce n’était pas une vocation… puis la photo, la psycho, la socio… bref, j’ai jamais manqué d’idée!

Mais la c’est particulier, c’est pas une idée, ce n’est pas juste une lubie qui vient un matin comme une envie de pisser …c’est la, bien présent, au fond de mes tripes…

un cheminement …

c’est drôle cette idée qui s’est implanté dans ma tête, exactement comme une nidation.

ça grandit, ça prend de la place puis ça devient concret …je suis encore dans les premiers mois, à me poser mille questions à chaque impasse, à chaque petite difficulté… je me demande si c’est une bonne idée, si c’est vraiment la que je devrais être, si je fais bien d’embarquer ma famille, mes enfants, mon amoureux dans ce quotidien qui nous dépasse un peu … est ce que ce que j’ai interprété ce que nous avons vécu de la bonne façon… est ce que ça va tenir, est ce que JE vais tenir le coup, est ce que je suis assez solide pour arriver au bout de ce projet… Bien au delà d’un projet, c’est un rêve. Vraiment, y’a des nuits ou j’en rêve, comme quand je rêvais d’avoir ce deuxième enfant qui ne venait pas …

En fait ,je réalise que ce projet, c’est comme un défi avec moi même … une revanche. Je suis capable! Parfois j’ai envie de rester au fond de mon lit avec mes enfants, de tout abandonner et trouver un job histoire qu’on finisse les mois un peu plus tranquillement, qu’on puisse être ensemble les week-ends ou que je ne sois pas obligée de d’emmener mes enfants à la crèche et au centre de loisirs même pendant leurs vacances …Mais je garde vraiment les yeux vers l’horizon, vers mon accomplissement, et rien que de penser à ce que je pourrai vivre concrètement en tant que sage femme, j’ai un élan de motivation, de pulsion, d’énergie indescriptible et j’y retourne avec passion !!

Je me demande toujours si je vais y arriver. Et si je n’y arrive pas ? qu’est ce que je vaux ? Qui je suis ? Que vais je faire ? Deux ans de perdus et me retrouver le bec dans l’eau avec rien et un rêve qu’il faut encore abandonner … Et même si j’aime à penser que ces deux années intenses ne sont qu’un cheminement vers d’autres choses, j’aurai la rage.. qu’est ce que ça veut dire ? ou je dois aller maintenant ?

 

Épanouissement …

pour finir je me rends compte que égoïstement, ça me plaît ce défi, et je suis fière de moi (modeste la fille hein !!).

Je disais récemment que si je manque les deux années de paces, je ferai de la sociologie pour défendre les droits des femmes, des enfants, faire des conférences pour répandre l’égalité homme/femme… hein ? quoi ? une licence ? un master ? ça ferait 2 ans en paces, puis 5 ans de master ? 7 ans d’études, ça fait peut être beaucoup avec une famille et juste  un statut d’étudiante ? Non pourquoi ? pour qui c’est beaucoup ? C’est vraiment relatif …

Je m’épanouis sincèrement dans les études, ça me plaît d’apprendre, j’y trouve une réelle satisfaction personnelle, une paix intérieure… je suis heureuse quoi 😉

parce que c’est quoi le bonheur ? c’est de gagner de l’argent ? c’est juste ça ? Non merci, ce n’est pas ma conception du bonheur …

Et puis si un jour un de nous conteste ce mode de vie, on réajustera, on fera autrement, pour que tout le monde y trouve son compte … C’est ça le bonheur nan ? qu’on puisse s’écouter les uns les autres, sans filtre aucun … 🙂

C’est quoi le bonheur chez vous ?

 

 

 

 

L’organisation: le nerf de la guerre !!!

Voilà, je vais faire un petit focus sur notre organisation pour que tout fonctionne à la maison. Que ce soit pour mes cours, les gardes des enfants, les loisirs, le ménage, le boulot, les courses, la bouffe etc …
pexels-photo-359989.jpeg

Lundi matin …

Hmmm, le lundi matin, c’est dur, mais un peu comme chez tout le monde j’imagine !!
Mes cours commencent à 8h à la fac, l’homme commence à 6h, donc le matin, je suis toute seule pour gérer les loulous …
Donc je me lève entre 6h et 6h15 (selon le nombre d’épisode d’Orphan black que j’ai regardé la veille … ), je me douche, je m’habille en 10min chrono, puis je réveille les enfants vers6h30 (quand ce n’est pas eux qui me réveillent😑). Ils s’habillent, tout de suite, comme ça on a le temps pour petit dej’/jeux tranquille. A 7h la nounou débarque pour garder Elie et la déposer à la crèche, brossage de dents et a 7h15 je suis dans la voiture avec Tim. Je le dépose pour 7h45 à la garderie puis je file en cours à deux pas de l’école.


J’ai 4h de cours magistraux, je termine à 12h15 et rentre déjeuner à la maison (en générale le midi j’essaye de mettre une tournée de lessive en route) ! Vers 14h je vais bosser dans mon bureau jusqu’à 19h/19h30 (je ne travaille pas le soir, je n’y arrive pas …)
En sortant du boulot l’homme file chercher les enfants il rentre en générale vers 18h. Il les douche, prépare à manger, puis qu
and c’est près, je descends (classe hein ? ). Puis je couche les enfants pendant que l’homme prend un mini temps pour lui !
Mardi même topo, et jeudi vendredi aussi !

Mercredi c’est plus « cool » le matin, c’est la nounou qui dépose les deux, Timéo va au centre de loisirs, donc je pars à 7h30 youhouuu !!!!

Samedi matin les loulous ont gym de 9 à 10h, on y va tous ensemble, c’est fatiguant pour tout le monde mais c’est un chouette moment. Les enfants sont contents de passer du temps avec nous (entendez avec moi ). Et ensuite, je bosse jusqu’à 19h30 environ !

Dimanche pareil, sauf que je commence à bosser des 8h30. Le midi on déjeune ensemble, et je retravaille jusqu’à ce que ma fille se réveille. Après c’est « off » sur la paces. C’est ma famille (et un peu de ménage) !

Une fatigue intense …

En effet, ça a été un changement vraiment radicale, on est passé de « on se lève tranquillou a 9h, on petit déjeune jusqu’à 10h45, on joue etc … » à « 7h15 tout le monde dehors ». Autant dire que les enfants (et nous aussi accessoirement) sont crevés jusqu’à la moelle… je me souviens que, fin d’année, la maîtresse me demandait régulièrement si Timeo s’était couché tard la veille.. euh non, à 20h il dort, juste il fait des journées de 10h sans sieste, je conçois qu’il soit HS !!
L’homme tombe comme une mouche à 21h aussi et moi je tarde pas derrière en général

Le sens des priorités …

Ouai, vous avez dû remarquer, je n’ai pas beaucoup parlé de l’entretien de la maison…
Parce qu’en fait, en ce moment ce n’est pas une priorité… alors en sois c’est propre, le dimanche on clean tout, mais le reste de la semaine c’est un peu comme dans la tête de Tim Burton, c’est le bordel ! (Du génie visuel mais version bordel 😅)

Parce qu’au final, nos priorités sont : les enfants (même s’ils pâtissent pas mal de ce rythme soutenu… ), nos relations, nos échanges.Ils sont brefs mais de qualité. Je crois…

Et un peu mes cours aussi 😉

 

 

Parfois y’a du pétage de plombs alors on écoute, on rassure et on repart.

On y va, on fonce, on sait pourquoi on est là …

Si vous avez des questions, n’hésitez pas 😉

A bientôt !

Une longue gestation

Ça y est, je me lance enfin …

si vous êtes par ici c’est peut être que vous me connaissez, que vous connaissez mon parcours et le petit bout de chemin que j’ai déjà parcouru. Ou alors peut être, juste êtes vous curieux.se …

Ambition

Donc j’ai deux enfants merveilleux et un homme en or. C’est d’ailleurs eux (entre autre) qui ont alimenté cette envie, ce projet qui prend doucement forme …

A la naissance de mon grand garçon  (6 ans dans 8 jours), une petite flamme s’est allumée en moi, ce désir secret d’un jour devenir sage femme. J’en ai donc parlé lors d’un rdv  pôle emploi, et mes ailes ont été coupées net. En effet, je travaillais dans la restauration (j’ai quitté les cours au lycée, quelques semaines avant le bac), et avec seulement en poche, un cap cuisine. C’était trop ambitieux selon la conseillère. Ok. Après un long parcours Pma, un suivi en or par notre sage femme et une magnifique naissance à la maison, 4 ans après la naissance de mon grand garçon, ma fille naît et ce projet me titille un peu plus…DSC00721.JPG

Mais c’est 4 ans d’école + potentiellement 2 années de paces + 1 année de bac.  Bilan: 7 ans. Outch. J’ai envie, mais toutes ces années me freinent un peu…. puis au détour d’un café avec une amie (Sarah si tu passes par la, saches que tu as tout déclenché 😊), je parle de ce projet. « Mais pourquoi pas, lances toi, tu n’as que 24 ans, ce n’est Pas irréalisable! » .

Mais oui, c’est vrai… on est au mois de juin, et j’appelle directement l’ubs pour m’inscrire pour suivre les cours pour le DAEU (un équivalent au bac qui permet un accès aux études universitaires) dès septembre. Donc je suis les cours par correspondance avec mon bébé de quelques mois accroché au sein et mon grand en ief. Je suis admise en juin ! Youpiii, un an de fait ! La prochaine étape: la paces. On déménage à rennes, donc, pour que je puisse suivre les cours. Ma fille rentre en crèche et mon grand à l’école Diwan près de la fac. Ça fait bizarre à tout le monde mais l’aventure commence….

je voudrais nommer toutes les personnes qui ont été d’une aide incroyable pour que je puisse me lancer… : mon homme (mais ça je vous le citerai à chaque billet, c’est mon moteur, même si c’est Parfois difficile), Sarah, tu as clairement été le coup de feu, mes amis (Morgane, Laetitia, Marie, Camille, Tony, Seve, Mathilde, Blandine.. et j’en oublie sûrement!), Marie José et Nadine (2 sages femmes formidables), l’association parents à l’ouest, ma famille, la famille de mon chéri, et aussi tous ceux que j’ai rencontré ici qui me remontent le moral quand j’ai un coup de mou (Mapi, Jo, Anaïs, Noemie, Manu  et le groupe des mamans porteuses du 35 🙂 ), mes amis Facebook, que j’ai pu rencontrer au cours de la maturation de ce projet (Elsa, Sam, Flo, élise, claire, Julia… et j’en oublie sûrement aussi …) sans vous, je sais pas si j’aurai eu l’energie de me lancer dans ce projet chronophage, et je vous remercie infiniment d’être près de moi dans cette aventure …

Nous sommes actuellement début janvier et le premier semestre est déjà terminé. Je débute le second semestre avec toujours autant de détermination, de passion, d’envie et de motivation même si le début n’a pas été glorieux … J’y crois fort !             -pouvoir de persuasion- 😁

Pour le prochain article, je vous ferai un topo sur notre organisation quasi militaire à la maison, pour que tout le monde soit à l’heure, qu’on dorme suffisamment, que je puisse bosser 6h minimum en plus des  4h de cours magistraux du matin (et que la maison soit rangée. Non, ça c’est une blague, ma maison c’est … non Vous saurez pas en fait !)

A bientôt, et vivez vos rêves, même s’ils vous paraissent irréalisables …

ps: faites abstraction de la simplicité de mon blog, je n’ai Encore rien mis en forme, j’étais impatiente d’écrire ce premier article … 🙂

(clin d’œil à Claire pour le titre de ce billet 😘)